© 2012

La meute

 

Tout comme les humains, les chiens sont des êtres sociaux : ils vivent en groupe avec une structure sociale claire.

 

Un groupe de loups est appelé une meute. Les loups vivent en meute parce que c'est le seul moyen pour eux de survivre. Un loup qui est solitaire a peu de chance d'avoir du succès à la chasse; En vivant dans un groupe et en chassant ensemble, la chance d'attraper une (grande) proie est bien plus importante. Nos chiens domestiques ne diffèrent en rien de cette structure.

 

Pour comprendre le langage des chiens et sa raison d'être, il faut savoir comment est structurée une meute.


Chaque membre de la meute a une place fixe ou un rang fixe. Ces rangs peuvent être comparés aux niveaux dans une société. Seulement, chez les humains, il est très possible que plusieurs membres aient le même rang. Chez les chiens ce n'est pas le cas; aucun chien ne se trouve au même niveau.

 

Intégrer un chien dans votre famille signifie que vous créez une meute. Dans cette meute, les rangs de chaque membre devront être établis : la hiérarchie devra être établie.


Une meute de chiens est toujours menée par un chef de meute. Souvent c'est le mâle le plus fort côté physique mais aussi mental. Le reste des rangs est occupé par les autres chiens. Ces rangs sont également dépendant des capacités physiques et mentales des membres.

 

Dans une famille d'humains, le chien doit avoir le rang inférieur. Par nature, un chien a besoin d'autorité. Si le maître ne se comporte pas comme alpha, le chien se voit obligé de prendre cette tâche sur lui avec les conséquences désastreuses que l’on peut imaginer.

 

Dans une meute chaque individu connaît exactement sa place hiérarchique. Or notre chien nous considère comme « sa meute » et a absolument besoin de connaître exactement son statut social.

 

Pour son équilibre, le chien a besoin de stabilité et de règles clairement définies. Il ne peut pas comprendre une attitude totalement laxiste. Une absence de hiérarchie ne sera pas perçue comme une attitude libérale et bienveillante. Le chien cherchera, dans ce cas, à prendre des prérogatives de leader avec les conséquences désastreuses que cela peut provoquer. Même un petit chien peut se montrer un vrai tyran… Par exemple, l’appropriation ou la défense de meubles tels que le lit ou le canapé peuvent être problématiques.

 

La meute